Fabricant professionnel pour casque et écouteur depuis 1997

+ 86-755-82957397 sales@yes-hope.com

Maison > Nouvelles > Informations internationales > La Maison Blanche confirme que.....
Contactez-nous
Notre emplacement Add .: 3F., 1er Bât., Parc industriel de Wanxia, ​​Shajing, District de Bao'an, Shenzhen, Chine Informations de contact Email: sa...Contactez maintenant
Casque chaud

Nouvelles

La Maison Blanche confirme que Trump est au téléphone avec des chefs militaires de l'est de la L

La Maison Blanche a confirmé le 19 que le Président Donald Trump avait eu une conversation téléphonique le 15 avec Libyan Haftar, le chef militaire de la Libye, afin de reconnaître les efforts de ce dernier pour lutter contre le terrorisme.



Casque fabricant de centre d'appel

Certains diplomates des Nations Unies ont déterminé que l'appel téléphonique indiquait que les États-Unis soutenaient Haftar.

Le 19, la Maison Blanche a publié une déclaration confirmant que Trump et Hafftal avaient parlé "d'efforts antiterroristes".

Selon le communiqué, Trump "a reconnu le rôle important joué par le maréchal Haftar dans la lutte contre le terrorisme et la sécurité des ressources pétrolières libyennes".

Les deux hommes ont parlé le 15 et on ne voit pas bien pourquoi la Maison-Blanche a retardé la publication des informations.

Le 19 février, le secrétaire à la Défense par intérim, Patrick Shanahan, a déclaré qu'il soutenait le "rôle de Haftar dans la lutte contre le terrorisme". Les États-Unis ont besoin que Haftar "apporte son soutien" à la stabilité de la Libye. Il a également déclaré que "les moyens militaires ne sont pas la solution dont la Libye a besoin".

Le journaliste a demandé si Trump avait discuté avec Shanahan avant l'appel. Shanahan a répondu que le Pentagone et la Maison Blanche "sont constamment d'accord sur la Libye".

Haftar est basé à Benghazi, la deuxième plus grande ville de Libye. Son "armée nationale" a lancé le 4 octobre une offensive contre la capitale Tripoli dans le but d'obtenir un gouvernement d'union nationale reconnu par les Nations Unies.

Le gouvernement d'unité nationale et ses forces armées contrôlent des régions de l'ouest de Tripoli.



Casque sans fil fabricant Chine

Les banlieues de Tripoli ont continué à être pilonnées dans le passé, tuant 2 enfants le 19 et en assassinant au moins 7 le 17. Au moins 2 000 personnes sont descendues dans les rues de Tripoli le 19 pour protester contre l’attaque de Haftar.

Le manifestant Abdul Rizak Musherib était insatisfait de l'appel de Trump avec Haftal et a déclaré à Reuters: "Cela n'a aucun sens d'appeler, mais nous y répondrons."

La chaîne arabe de Sky News TV a diffusé le 19 janvier une interview exclusive avec le porte-parole de l'armée nationale, Ahmed Mismiri. "Les paroles de Trump signifient que les Etats-Unis sont convaincus que l'armée libyenne joue un rôle clé dans la lutte contre le terrorisme ... (appel) aura un impact positif sur la lutte contre les extrémistes".

Le 18, les États-Unis n’ont pas accepté de soutenir le projet de résolution du Conseil de sécurité proposé par le Royaume-Uni appelant à un cessez-le-feu en Libye, affirmant qu’il fallait plus de temps pour l’examen.



Fabricant de haut-parleur Bluetooth Chine

Selon l’AFP, qui a interprété plusieurs diplomates de l’ONU, la reconnaissance de Trump montre que les États-Unis soutiennent Haftar et peuvent expliquer pourquoi Havtar a insisté pour capturer Tripoli même s’il souffrait de multiples pays européens et des Nations Unies.

Un diplomate de l’ONU qui ne voulait pas être nommé a déclaré à l’AFP que l’appel de Trump "clarifiait" la position américaine. Plusieurs autres diplomates ont déclaré: "Haftar pense qu'il doit se battre jusqu'au bout" et croit fermement que "peut gagner".

Jalil Arsha, chercheur à l’Institut Kling Hendal pour les relations internationales aux Pays-Bas, maintient un point de vue similaire et dit à Reuters que le téléphone de Trump équivaut à démontrer son soutien aux actions de Haftar.

Haftal a suivi Mouammar Kadhafi pour aider ce dernier à lancer une révolution en 1969 et à prendre en charge la Libye. Au cours des guerres en Libye et au Tchad dans les années 1980, les deux hommes se séparèrent et Haftar fut capturé une fois par le Tchad puis sauvé par la CIA. Il a vécu en Virginie pendant 20 ans et est retourné en Libye en 2011 pour investir dans la guerre anti-Kadhafi.

Haftar est soutenu par l'Egypte, l'Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis et la Russie. L'Agence France-Presse a indiqué que la "liste de soutien" est désormais clairement en mesure d'accroître le nombre des États-Unis. Le Qatar et la Turquie soutiennent le gouvernement d'union nationale.

Aux yeux de nombreux diplomates de l’ONU, Haftar ne lancera pas une attaque sans le soutien de ses partisans, et s’il peut le rendre, cela dépend aussi dans une certaine mesure de la volonté de ses partisans.